Πέμπτη, 3 Σεπτεμβρίου 2015

Historique de l’accueil de la tradition de l’Église orthodoxe dans les pays d’Afrique subsaharienne au début du XXe siècle

Les premiers fidèles orthodoxes africains [1]


Photo à partir d'ici

Eglise Orthodoxe du Togo

La mission orthodoxe présente aujourd’hui dans différents pays de l’Afrique subsaharienne a débuté en Ouganda durant les premières décennies du XXe siècle, à la suite de la quête de la tradition de l’Eglise indivise qui animait Spartas Mukasa Reuben et les fidèles africains de l’Église anglicane. Convertis à la foi chrétienne, ces africains étaient excédés par les sévices raciales et les pratiques ségrégationnistes que subissaient les ougandais autochtones. Ils se mirent alors en quête d’une Église pouvant témoigner de sa fidélité à la tradition de l’Eglise indivise et d’une vie chrétienne de charité fraternelle, de justice, de vérité, d’amour, de bonté, de longanimité et de paix. 


Spartas Mukasa Reuben
Si leur mouvement fut qualifié, à l’époque par l’Archevêque Stewart Willis de l’Église Anglicane de schismatique, leur recherche n’était pas animée par des désirs de cette nature, mais par la seule volonté de s’affranchir de la ségrégation que subissaient les peuples noirs durant la période coloniale de la part des communautés blanches présentes en Afrique australe et dont les comportements de rejet, étaient vécus avec beaucoup d’incompréhension de leur part au sein de l’Église du Christ. L’Église orthodoxe, quant à elle, s’était enfermée dans ces régions, dans une identité d’Église ethnique dont la pastorale était exclusivement tournée vers les fidèles grecs. Une telle situation prévalait, à cette époque, dans toute l’Afrique noire. Les Ougandais furent les premiers, parmi les africains, à se mettre activement à la recherche d’une Église qui témoignerait des valeurs d’accueil des peuples de ce continent et qui pouvait leur assurer de retrouver les racines de la tradition chrétienne des premiers siècles. Cette recherche leur permit de rencontrer la tradition orthodoxe et de rentrer quelques années plus tard dans la juridiction du Patriarcat grec orthodoxe d’Alexandrie et de toute l’Afrique.

Spartas Mukasa Reuben et les fidèles ougandais s’engagèrent dans cette recherche, ignorant tout de cette juridiction patriarcale, jusqu’à son appellation d’Église orthodoxe. Cette quête de la tradition authentique, commencée en Ouganda, s’est ensuite étendue au Kenya et à d’autres régions d’Afrique durant le XXe siècle, dans l’ordre suivant : le Zaïre (Congo R.D.C.), le Congo Brazzaville, la Tanzanie, le Cameroun, le Rwanda, le Burundi, le Zimbabwe, l’Angola, le Mozambique, le Ghana, la Côte-d’Ivoire, le Nigeria, le Benin, le Togo, la Gambie, la Sierra Leone, la Zambie, le Malawi, et l’Ile de Madagascar»[2].

Les ougandais furent reçus dans un premier temps, le 6 janvier 1929 par une Eglise dont les rites et les pratiques liturgiques se distinguaient de ceux de la tradition orthodoxe authentique. Informés de cela, ils se mirent en contact avec le Père Archimandrite Nicodème Sarikas du Patriarcat d’Alexandrie en le chargeant de transmettre leurs doléances au Patriarche, Sa Béatitude Mélétios Metaxakis. Après un long plaidoyer assuré le Père Nicodème Sarikas, auprès du Synode du Patriarcat d’Alexandrie pour la défense de leur cause, il fut chargé en 1933 par le Patriarche de se rendre en Ouganda, à Dégéya pour étudier avec Reuben Spartas et ses collègues les modalités de leur intégration dans la juridiction orthodoxe. Spartas fit la demande d’intégration de sa communauté au mois de mars de la même année. Sa Béatitude Mélétios Metaxakis l’approuva et fit à Spartas et à sa communauté un don de livres sur la foi orthodoxe ainsi que des ouvrages liturgiques. 


Photo à partir d'ici

En 1942 sous l’administration Patriarcale de sa Béatitude Christophoros II Daniilidis, le Métropolite d’Axum, Nicolas Abdallah, rendit visite à l’Église d’Ouganda. Il rédigea dans la même année, un impressionnant rapport, au Saint Synode d’Alexandrie en leur faveur. Ce qui décida le Patriarche à inviter Spartas à la réunion du Synode patriarcal de l’année 1946. Le Saint Synode prit en sa présence la décision de recevoir l’Église d’Ouganda ainsi que celle du Kenya dans sa juridiction. Cette réception devint effectif le 3 juin 1946. Spartas fut alors nommé Vicaire du Patriarcat pour l’Église Orthodoxe de l’Afrique de l’Est.

En 1958/9, le Saint Synode d’Alexandrie créa la première Métropole d’Irinoupolis pour l’Afrique de l’Est. Celle-ci couvrait, la Tanzanie, le Kenya et l’Ouganda et son siège se trouvait à Dar-Es-Salam. En raison de l’importance majoritaire des ressortissants grecs en Tanzanie, Nicolas Varelopoulos fut nommé Métropolite. Il n’installa toutefois pas le siège de la Métropole en Tanzanie, mais fit le choix de résider en Ouganda [3].

La création de la Métropole d’Irinoupolis répondait au désir de Sa Béatitude Christophoros II Daniilidis de promouvoir la mission orthodoxe auprès des Africains. Il avait fait la demande à Spartas d’envoyer des jeunes Ougandais en Égypte pour y recevoir une formation théologique et pastorale. Quatre jeunes partirent donc pour l’Égypte. Dix autres jeunes ougandais furent envoyés en Égypte en 1944/45. 


*******
 
[1] Cette brève histoire de l’accueil de la tradition orthodoxe en Ouganda est redevable au travail de recherche de Père Euloge Adade, Histoire de la mission orthodoxe en Afrique subsaharienne sous le patriarcat d’Alexandrie et de toute l’Afrique, soutenu dans le cadre de ses études à l’Institut de Théologie Saint Serge à Paris (Juin 2011).

[2] Ibid., Cft Introduction : Les débuts de la quête de la tradition orthodoxe par les Africains.

[3] Interview avec Métropolite Jonas de Kampala et toute l’Ouganda. 


Voir aussi



Eglise orthodoxe du Togo
Patriarcat grec Orthodoxe d’Alexandrie et de toute l’Afrique

Pioneers of the Orthodox Church in Uganda!
Natives Africans bishops in the Orthodox Church 
The Orthodox Church in Uganda, an outgrowth of indigenous self discovery
Orthodox Mission in Tropical Africa (& the Decolonization of Africa)
KUTAFUTA IMANI LAKUNYOLOKA – AMA KI ORTHODOKSI
African Orthodox Priests 


Eight principal areas of convergence between African spirituality and Ancient Christianity
African Initiated Churches in Search of Orthodoxy...
"THE WAY" - An Introduction to the Orthodox Faith
Theosis (deification): The True Purpose of Human Life

Δεν υπάρχουν σχόλια:

Δημοσίευση σχολίου